Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

COMPTEUR

Recherche

N'OUBLIEZ PAS D'ALLER CONSULTER

LES CAS GAGNES

PAR NOS ANTENNES

DANS LA RUBRIQUE
"DOSSIERS GAGNES"


LE COUP DE GUEULE DU CONSOMMATEUR

Vous désirez  exprimer votre colère aprés une arnaque ou un litige qui pourrait intéresser l'ensemble des consommateurs

Envoyer votre message sur la messagerie : indecosacgt17@gmail.com, nous le mettrons dans notre rubrique "le coup de gueule du consommateur"

19 mai 2023 5 19 /05 /mai /2023 07:10

UN NOUVEAU FEU JAUNE EXPÉRIMENTÉ

POUR LES PIÉTONS

UN NOUVEAU FEU JAUNE EXPERIMENTÉ POUR LES PIETONS
Partager cet article
Repost0
Published by indecosa-cgt-17 - dans INFORMATION CONSOMMATEUR SECURITE
4 décembre 2022 7 04 /12 /décembre /2022 14:19

LE PHISHING, C’EST QUOI ?

LE PHISHING, C’EST QUOI ?
Partager cet article
Repost0
Published by indecosa-cgt-17 - dans INFORMATION CONSOMMATEUR INTERNET SECURITE
28 octobre 2022 5 28 /10 /octobre /2022 10:26

AUTOMOBILE :

POURQUOI UNE BOÎTE NOIRE ?

AUTOMOBILE : POURQUOI UNE BOÎTE NOIRE ?
Partager cet article
Repost0
Published by indecosa-cgt-17 - dans INFORMATION CONSOMMATEUR AUTOMOBILE SECURITE
26 août 2022 5 26 /08 /août /2022 18:23

LA SNCF INNOVE -

L’ÉTIQUETTE BAGAGE À QR CODE

LA SNCF INNOVE - L’ÉTIQUETTE BAGAGE À QR CODE
Partager cet article
Repost0
Published by indecosa-cgt-17 - dans INFORMATION CONSOMMATEUR TRANSPORT SECURITE
4 janvier 2020 6 04 /01 /janvier /2020 18:13

VETEMENTS :

LES 6 INDICATIONS A BIEN REPERER

SUR LES ETIQUETTES

Par Bercy Infos, le 13/12/2019 -

Vous vous apprêtez à acheter un vêtement ? Prenez le temps de bien lire les étiquettes. Que ce soit la composition, l'entretien ou l'origine du produit, elles apportent des informations essentielles pour bien faire votre choix et conserver vos achats en bon état autant que possible. Tour d'horizon des 6 mentions à avoir à l'oeil, avec la direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF).

1. La composition

S'agit-il d'une mention obligatoire : Oui

La composition d'un vêtement doit obligatoirement être bien lisible et rédigée en français, pour l'ensemble des articles commercialisés en France. Elle doit être « fixée de manière définitive au produit, par exemple cousue », explique la direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF).

L'étiquette doit indiquer les fibres textiles utilisées, avec le pourcentage correspondant, dès lors qu'aucune des fibres n'atteint 85 % du poids total du vêtement. En-dessous de 10 %, les matières peuvent être mentionnées par un simple « autres fibres ». Si l'étiquette indique « 100 % ... », « pur ... » ou « tout ... », le vêtement doit être composé en totalité de la fibre en question.

2. La taille

S'agit-il d'une mention obligatoire : Non

La taille peut varier nettement selon les pays et les fabricants, prévient la DGCCRF. De plus, elle est parfois indiquée sous forme de chiffres (38, 40, 42... voire 1, 2, 3...) ou de lettres (S, M, L...).  Des tables de conversion existent, mais elles sont surtout indicatives. Il vaut donc mieux essayer un produit avant de l'acheter, dans la mesure du possible.

3. L'entretien

S'agit-il d'une mention obligatoire : Non

Les explications d'entretien des vêtements peuvent être indiquées en toutes lettres. Toutefois, elles prennent souvent la forme de pictogrammes, qui sont des marques déposées par le Groupement international d'étiquetage pour l'entretien des textiles (Ginetex). « Les traitements recommandés par les symboles doivent empêcher des dommages irréversibles qui pourraient être infligés aux articles textiles », estime l'organisation.

Les indications de lavage sont représentées par un bac (ou cuvier). Le nombre inscrit à l'intérieur indique la température maximale recommandée. Les éventuels traits sous le bac indiquent un essorage modéré (un trait) ou minimal (deux traits).

Le triangle correspond à l'utilisation de l'eau de Javel et autres produits de blanchiment.

Le carré indique les possibilités de séchage. Un trait vertical dans le carré correspond à un séchage sur fil. Un trait horizontal à un séchage à plat. Un rond dans le carré signifie que l'utilisation d'un sèche-linge est possible.

Le repassage est symbolisé par un fer à repasser. « Les niveaux de température maximale sont représentés par un (110°), deux (150°) ou trois (200°) points placés à l'intérieur », précise le Ginetex.

Enfin, le rond signifie qu'il faut recourir à un nettoyage professionnel. La lettre à l'intérieur du pictogramme correspond au type de produits. P pour nettoyage à sec au perchloréthylène et aux hydrocarbures, F pour nettoyage à sec aux hydrocarbures, W pour nettoyage à l'eau.

« Tout symbole barré signifie qu'il ne faut pas utiliser le procédé qu'il représente », ajoute la DGCCRF.

Lire aussi : Nutri-Score, l'étiquetage qui rend l'information nutritionnelle plus lisible  | Alimentation : comment lire les étiquettes nutritionnelles ?

 4. Le prix

S'agit-il d'une mention obligatoire : Oui

Le prix du vêtement doit être indiqué de manière visible, par étiquetage ou affichage, et toutes taxes comprises (TTC). « Vous devez être en mesure de connaître immédiatement son prix de vente, sans avoir à interroger un vendeur », rappelle la DGCCRF. En cas de réduction, comme lors des soldes, l'étiquette doit mentionner l'ancien prix barré et le nouveau. Toutefois, « une annonce globale,  -25 % en caisse par exemple, suffit si le taux de réduction est identique pour tous les articles faisant l'objet de cette promotion ».

Lire aussi : Soldes : consommateurs, quels sont vos droits ?

5. L'origine

S'agit-il d'une mention obligatoire : Non

L'indication de l'origine des vêtements n'est pas obligatoire en France. Par contre, une origine indiquée qui serait mensongère peut faire l'objet de sanctions, « au titre de la publicité mensongère ou de la tromperie sur la marchandise », met en garde la DGCCRF.

6. L'état

S'agit-il d'une mention obligatoire : Oui

Un vêtement qui ne serait pas neuf mais d'occasion doit obligatoirement être signalé par un écriteau. Dans le cas des produits d'occasion, « l'indication de composition du textile n'est pas obligatoire », ajoute la DGCCRF.

Partager cet article
Repost0
Published by indecosa-cgt-17 - dans INFORMATIONS CONSOMMATEUR BERCY INFOS COMMERCE SECURITE
29 juin 2019 6 29 /06 /juin /2019 19:58

QU'EST-CE QU'UN BON MOT DE PASSE

SUR INTERNET ?

QU'EST-CE QU'UN BON MOT DE PASSE  SUR INTERNET ?

Publié le 27 juin 2019 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

 

Vous utilisez sans doute des mots de passe pour vos activités sur internet (messagerie, achats, banque...). Mais ces mots de passe sont-ils suffisamment sécurisés ? Réponses avec le site cybermalveillance.gouv.fr qui vous donne des règles simples à adopter pour protéger votre sécurité numérique et éviter d'être la proie de cybercriminels.

Utiliser un mot de passe différent pour chaque accès : si l'un est piraté, seul le service concerné sera vulnérable ;

  • Créez des mots de passe suffisamment longs et complexes : un bon mot de passe doit comporter au minimum 12 signes mélangeant majuscules, minuscules, chiffres et caractères spéciaux, afin de freiner les attaques réalisées par des ordinateurs qui testent des dizaines de milliers de combinaisons par seconde ;
  • Créez des mots de passe impossibles à deviner : évitez d'employer des informations personnelles faciles à retrouver, comme le prénom de votre enfant, une date anniversaire, votre groupe de musique préféré. Évitez également les suites logiques simples comme 123456, azerty, abcdef... qui font parties des mots de passe les plus courants et qui sont les premières combinaisons qu'essaieront les cybercriminels pour essayer de forcer vos comptes. Par exemple, choisissez la première lettre des mots d'une citation ;
  • Utilisez un gestionnaire de mots de passe sécurisé : il se chargera d'enregistrer vos mots de passe à votre place et vous évitera ainsi de les noter dans un endroit non sécurisé. Vous n'aurez plus à retenir que celui qui permet d'en ouvrir l'accès ;
  • Changez votre mot de passe au moindre soupçon : en cas de doute sur la sécurité d'un de vos comptes ou si une société chez qui vous avez un compte s'est fait pirater, changez-le sans attendre. Quelles que soient les circonstances, pensez à changer vos mots de passe régulièrement ;
  • Ne communiquez jamais votre mot de passe à un tiers : aucun organisme sérieux ne demande de le lui communiquer par messagerie ou par téléphone, même pour une maintenance ou un dépannage informatique ;
  • N'utilisez jamais vos mots de passe sur un ordinateur partagé (hôtels, cybercafés...) : ils pourraient être récupérés par un criminel. Si vous êtes obligé d'utiliser un ordinateur qui n'est pas le vôtre, utilisez le mode de navigation privée du navigateur, veillez à bien fermer vos sessions après utilisation et n'enregistrez jamais vos mots de passe dans le navigateur. Enfin, dès que vous avez à nouveau accès à un ordinateur de confiance, changez au plus vite tous les mots de passe que vous avez utilisés sur l'ordinateur partagé ;
  • Activez la double authentification lorsque c'est possible : en plus de votre nom de compte et de votre mot de passe, ces services vous demandent un code provisoire que vous pouvez recevoir par SMS sur votre téléphone mobile ou qui peut être généré par une application ou une clé spécifique que vous contrôlez. Ainsi grâce à ce code, vous seul pourrez, par exemple, autoriser un nouvel appareil à se connecter aux comptes protégés ou autoriser une transaction bancaire ;
  • Changez les mots de passe par défaut des différents services auxquels vous accédez : ils sont souvent connus des cybercriminels. Il est important de les remplacer au plus vite par vos propres mots de passe ;
  • Choisissez un mot de passe particulièrement robuste pour votre messagerie : c'est un des mots de passe les plus importants à protéger. En effet, votre adresse de messagerie est généralement associée à beaucoup de vos comptes en ligne. Elle permet notamment de recevoir les liens de réinitialisation des mots de passe de vos autres comptes. Un cybercriminel qui réussirait à pirater votre messagerie pourrait facilement utiliser la fonction « mot de passe oublié » des différents services auxquels vous pouvez accéder tel que votre compte bancaire pour en prendre le contrôle.

 

 À savoir :

Cybervalveillance.gouv.fr propose des supports et des conseils par thème pour comprendre et lutter contre la cybermalveillance : vidéos, fiches réflexes, fiches pratiques, infographies...

Et aussi

Ransomware (rançongiciel) - Blocage d’un ordinateur ou smartphone

Téléphones mobiles et tablettes : 10 règles d’or pour mieux les protéger

Pour en savoir plus

Les conseils de la Cnil pour un bon mot de passe 

Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil)

Sécurité des mots de passe 

Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi)

Dispositif d'assistance aux victimes d'actes de cybermalveillance 

Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi)

 

Partager cet article
Repost0
Published by indecosa-cgt-17 - dans INFORMATIONS CONSOMMATEUR INTERNET SECURITE
12 février 2019 2 12 /02 /février /2019 05:50

USURPATION D’IDENTITÉ,

COMMENT S’EN PROTÉGER ?

 

par Bercy Infos, le 04/02/2019 – Cybersécurité

https://www.economie.gouv.fr/files/styles/articles_vous_orienter/public/usurpation-identite.png?itok=sj2JukaS

Vos données personnelles sur internet sont précieuses et peuvent attirer la convoitise d’usurpateurs désireux d'utiliser vos informations à des fins frauduleuses. Comment vous prémunir au maximum de ces cyberattaques ? Que faire en cas d’usurpation d’identité sur internet ?

 

L’usurpation d’identité, qu’est-ce que c’est ?

Une usurpation d’identité est une utilisation de données personnelles propres à vous identifier sans votre accord. Une fois volées, ces informations peuvent servir aux usurpateurs pour nuire à votre réputation, réaliser des opérations financières ou commettre des actes répréhensibles en votre nom.

Les usurpateurs peuvent voler vos données via un piratage ou se faire passer pour un organisme privé ou public connu, dans le but d’instaurer un climat de confiance et de vous amener à donner des informations personnelles. L’usurpation d’identité est un délit pénal.

Lire aussi : Comment assurer sa sécurité numérique | Sécurité sur le web : découvrez le site web cybermalveillance.gouv.fr

 

Comment vous protéger du vol de vos données personnelles ?

Pour protéger vos données privées de potentiels piratages, quelques règles de base sont à appliquer :

  • choisissez un mot de passe sûr en alternant les majuscules et minuscules, les chiffres etc.
  • n'utilisez pas un mot de passe unique sur tous vos comptes, alternez en fonction des sites
  • ne partagez pas vos mots de passe et prenez vos précautions lors de leur utilisation sur d’autres ordinateurs que le vôtre
  • vérifiez l’authenticité d’un expéditeur avant d’envoyer des informations personnelles ou sensibles par mail
  • évitez d'inscrire votre adresse mail principale sur des sites dont vous n’êtes pas sûre
  • soyez attentif à vos relevés de compte bancaire
  • détruisez tout papier comportant des informations personnelles avant de le jeter.

Lire aussi : Comment protéger ses données personnelles ? | Dix règles à respecter pour être (presque) sûr de vous faire pirater votre ordinateur | Comment créer un mot de passe sécurisé et simple à retenir ?

 

Quels recours en cas d’usurpation d’identité ?

Si vous constatez une usurpation d'identité, collectez tous les éléments prouvant l’infraction (captures d’écrans, URL des pages concernées, justificatifs etc.). Vous pourrez ensuite vous tourner vers le ou les sites sur lesquels l’usurpation d’identité a eu lieu et leur demander d’intervenir pour la suppression des informations vous concernant.

Vous êtes par ailleurs en droit de déposer une plainte pénale auprès d’un commissariat de police, d’une gendarmerie ou du procureur de la république.

La plateforme gouvernementale cybermalveillance.gouv.fr peut vous aider à identifier un organisme à même de vous aider dans votre périmètre géographique.

Lire aussi : Créateurs et dirigeants d’entreprises : quelles règles de cybersécurité appliquer ? | Paiement en ligne : les 5 conseils de la Cnil pour éviter les risques | Comment se prémunir contre le phishing ?

 

Partager cet article
Repost0
Published by indecosa-cgt-17 - dans INFORMATIONS CONSOMMATEUR INTERNET SECURITE
19 juin 2018 2 19 /06 /juin /2018 18:33

REGLEMENT GENERAL SUR LA PROTECTION

DES DONNEES (RGPD),

DES DROITS RENFORCES

POUR LES CONSOMMATEURS

 

01/06/2018

https://www.economie.gouv.fr/files/styles/articles_vous_orienter/public/rgpd-particuliers.jpg?itok=axCptx2_Le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) est entré en vigueur le 25 mai 2018. Ce nouveau texte législatif marque un tournant dans le droit de regard que vous avez sur vos données personnelles et leur traitement. Qu’est-ce qui change ? Quels droits renforcés pour vous ? On vous explique tout !

Une meilleure connaissance de l’usage fait de vos données

Avec la mise en place du RGPD, les professionnels sont tenus de vous informer de la collecte de vos données personnelles ainsi que de l’usage qui en est fait. Vous pouvez également de façon plus encadrée faire valoir vos droits d’accès aux données collectées et votre droit de retrait de ces informations.

Lire aussi : Le Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD), mode d’emploi

Une nouvelle possibilité de portabilité de vos données

Vous pouvez désormais faire une demande de récupération de vos données sous une forme exploitable pour pouvoir, si vous le souhaitez, les transférer à un autre organisme de manière simple et rapide. L’organisme, à qui vous demandez la récupération de vos données, est tenu de n’en conserver aucune trace.

Une protection juridique renforcée et un guichet unique en cas de plainte

En cas de dommage matériel ou moral lié à la violation du RGPD, vous pouvez effectuer un recours et obtenir réparation de la part du responsable du préjudice. Désormais, vous pouvez également effectuer une action collective en faisant notamment appel aux associations actives dans le domaine.
Par ailleurs, peu importe le pays où est implanté l’entreprise vous ayant causé le préjudice, votre interlocuteur unique est l’autorité de protection des données de votre pays.

Un renforcement du droit à l’oubli

Vous disposez grâce au RGPD d’un « droit à l’oubli ». Cela signifie que vous pouvez exiger qu’une information sur vous présente en ligne soit supprimée si vous estimez qu’elle porte atteinte à votre intégrité. Il peut par exemple s’agir d’une demande de dé-référencement d’un lien vous concernant sur un moteur de recherche.

De nouvelles conditions de traitement des données personnelles pour les mineurs

Le RGPD met en place de nouvelles règles spécifiques à la collecte et au traitement des données personnelles des mineurs. Deux nouvelles conditions sont ainsi inscrites dans le Règlement :

l’information sur les traitements de données les concernant doit être rédigée en des termes clairs et simples, que l'enfant peut aisément comprendre ;

le consentement doit être recueilli auprès du titulaire de l’autorité parentale.

Le ministère s'engage sur la protection de vos données

Le ministère de l’Économie et des finances et le ministère de l’Action et des comptes publics s’engagent à ce que la collecte et le traitement de vos données, effectués à partir du portail economie.gouv.fr, soient conformes au règlement général sur la protection des données (RGPD) et à la loi Informatique et Libertés.

En savoir plus

Partager cet article
Repost0
Published by indecosa-cgt-17 - dans INFORMATIONS CONSOMMATEUR SECURITE BANQUE INTERNET
14 juin 2018 4 14 /06 /juin /2018 20:00

LINKY, GAZPAR... : 

VOUS POUVEZ FAIRE MESURER

L'EXPOSITION AUX ONDES

ELECTROMAGNETIQUES

LINKY, GAZPAR... : VOUS POUVEZ FAIRE MESURER L'EXPOSITION AUX ONDES ELECTROMAGNETIQUES

Publié le 12 juin 2018 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

 

Alors que les compteurs communicants Linky et Gazpar sont en cours de déploiement sur l'ensemble du territoire, l'Agence nationale des fréquences (ANRF) vient d'annoncer, dans un communiqué du 6 juin 2018, que toute personne (ou organisme habilité) peut demander de faire mesurer l'exposition aux ondes électromagnétiques associée à des objets communicants fixes, en particulier celle liée aux compteurs communicants.

Pour faire la demande, vous devez remplir le formulaire cerfa 15003*01 accessible en ligne.

Une fois téléchargé, ce formulaire est à compléter de façon précise avec :

  • vos coordonnées (notamment numéro de téléphone où vous pouvez être joint dans la journée et adresse électronique pour la transmission des résultats de la mesure) ;
  • le lieu de la mesure (local d’habitation ou lieu accessible au public) ;
  • des précisions sur votre demande (niveau global d’exposition, détail de l'exposition, niveau d'exposition dû à un objet communicant fixe) ;
  • des éléments concernant une éventuelle demande antérieure à la même adresse ;
  • votre signature.

Votre demande doit être ensuite envoyée à l’un des organismes habilité à solliciter des mesures (collectivités territoriales, associations agréées de protection de l’environnement, fédérations d’associations familiales...) dont les coordonnées sont précisées au V de la notice explicative du formulaire de demande de mesure d'exposition aux champs électromagnétiques .

  À savoir :

C’est l'ANFR qui instruit les demandes et contacte les laboratoires accrédités pour effectuer les mesures, les résultats étant publiés sur le site www.cartoradio.fr .

Et aussi

Compteurs communicants Linky et Gazpar : quelles données collectées ?

 

Partager cet article
Repost0
Published by indecosa-cgt-17 - dans INFORMATIONS CONSOMMATEUR ENERGIE SECURITE
14 juin 2018 4 14 /06 /juin /2018 18:15

COMMENT SE PROTEGER CONTRE

LA CYBERMALVEILLANCE ?

 

Virus par messagerie, rançongiciel, mots de passe, téléphone mobile... comment les éviter et se protéger ?

Date de publication : 14/06/2018 - Internet/multimédia

 

https://www.inc-conso.fr/sites/default/files/cybermalveillance-252-2_0.png

Le site Cybermalveillance.gouv.fr (*) vient de mettre en ligne le 1er volet d'un kit de sensibilisation.

 

Celui-ci vise à sensibiliser aux questions de sécurité du numérique, à partager les bonnes pratiques dans les usages personnels et, de manière vertueuse, à améliorer les usages dans le cadre professionnel. Il a été réalisé avec les membres du GIP ACYMA (*) et comporte 4 thèmes :

 

  • l’hameçonnage (phishing),
  • la gestion des mots de passe,
  • la sécurisation des appareils mobiles (téléphones et tablettes),
  • la sécurité des usages personnels et professionnels.

Chaque thème est décliné en différents supports : vidéos, mémos, fiches pratiques et fiches "réflexe", qui s’adressent à tous quel que soit le niveau de connaissance en sécurité du numérique.

Téléchargez le communiqué de presse

L'hameçonnage (pisching)

vidéo : https://www.inc-conso.fr/sites/default/files/video/cybermalveillance/Cybermalveillance-Hameconnage.mp4

Téléchargez la fiche pratique      

Téléchargez le mémo

 

Gérer ses mots de passe

 

vidéo : https://www.inc-conso.fr/sites/default/files/video/cybermalveillance/Cybermalveillance-Mots-de-passe.mp4

 

Téléchargez la fiche pratique    

Téléchargez le mémo

  

Sécurité des appareils mobiles

 

vidéo : https://www.inc-conso.fr/sites/default/files/video/cybermalveillance/Cybermalveillance-Appareils-mobiles.mp4

 

Téléchargez la fiche pratique      

Téléchargez le mémo

 

Sécurité des usages pro-perso

 

vidéo : https://www.inc-conso.fr/sites/default/files/video/cybermalveillance/Cybermalveillance-Distinction-usages-pro-perso.mp4

 

Téléchargez la fiche pratique      

Téléchargez le mémo

 

Distribués sous une licence libre (Etalab 2.0) pour en permettre la plus large diffusion, adaptation et réutilisation, les contenus de ce kit ont été pensés pour être utilisés directement, pour servir de supports à des actions de formation ou pour être intégrés à des initiatives déjà en place ou à créer.

https://www.inc-conso.fr/sites/default/files/bouton-telechargez_1.png

 https://www.inc-conso.fr/sites/default/files/cybermalveillance_gouv_logo.jpg

 Lancé en octobre 2017, Cybermalveillance.gouv.fr est le dispositif national d’assistance aux victimes de cybermalveillance, incubé par l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’information (ANSSI), en copilotage avec le ministère de l’Intérieur et avec le soutien des ministères de l’Economie et des Finances, de la Justice et du secrétariat d’État chargé du Numérique. Il est à présent piloté par le Groupement d’Intérêt Public (GIP) ACYMA (dossier de presse).

 

En avril 2018, l'INC a rejoint le GIP ACYMA au sein du collège "utilisateurs" pour contribuer à l'assistance des victimes et à la prévention du risque numérique sur le territoire national.

 

Le site cybermalveillance.gouv.fr permet à tous les utilisateurs d'établir un diagnostic précis de sa situation, de se mettre en relation avec les spécialistes et organismes compétents proches de chez soi, de s' informer sur les moyens de prévention et de réaction grâce à la mise à disposition d’outils et de publications dispensant de nombreux conseils pratiques (vidéos, articles...).

 

Partager cet article
Repost0
Published by indecosa-cgt-17 - dans INFORMATIONS CONSOMMATEUR TELEPHONIE INTERNET SECURITE